Les Corps éloignés

Publié le par Dantris

Dans sa nuit réveillée

Elle s'avance au plus près

Du verre abandonné

De sa longue baie vitrée.

 

Le miroir encore luit

Du secret qu'elle connaît :

Le reflet de celui

Qui l'avait enlacée.

 

Naïve sans excès

Elle fixe sans y croire

L'illusion qui paraît

Car elle sait sans espoir

 

Que leurs corps éloignés ne se reverront plus

Les lumières sont éteintes et le noir par-dessus

Fait valser le destin de leurs plaisirs perdus.

 

Toutes les heures de ce soir

Il songeait à s'enfuir

Revenir dans le noir

Prolonger leur désir.

 

Courir pour ses cheveux

Dans lesquels il humait

Le parfum langoureux

De leurs jeux passionnés.

 

Soudain dans le reflet

D'une coupe renversée

Il la voit sans y croire

Car il sait sans espoir

 

Que leurs corps éloignés ne se reverront plus

Les lumières sont éteintes et le noir par-dessus

Fait valser le destin de leurs plaisirs perdus.

 

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article