Le départ

Publié le par Dantris

 


Il a quitté la maison un matin de bonne heure, sans bagage sur l'épaule, avec juste un tricot dans la main  : froissé comme un souvenir emporté à l’envol.

La veille un long dîner avait eu raison de sa patience, «  la famille c'est bon pour les cons  » s'était-il dit en bout de table.
Un bout de table, d'ailleurs, ça sert à quoi  ?
Ni son père ni sa mère, ni ses frères ni son chien ne comprenaient ses rêves. Il en a plein de rêves, il sait qu'il va les rendre réels parce qu'il a du courage.
Le courage c'est ce qui a poussé les chevaliers à se battre jusqu'à la mort. « Moi j'suis prêt à mourir pour vivre  ! » Voilà ce qu'il a en tête : des rêves, de la colère et des convictions.
Se parents dorment, les frangins ne sont pas encore rentrés de la nuit et le chien court après le chat. C'est le moment.
Le dernier café dans la maison a un goût d’aventure. Il se projette le fils, il voit loin, il marche vite à l 'intérieur.
Derrière la petite montagne un avion blanc décolle.
Il faut souvent un signal pour les grands départs.
C'est comme au cinéma, le héros a besoin d'un peu d'élan.

Publié dans Nouvelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article